Julien Bosc

« De la poussière sur vos cils », Éditions la tête à l’envers, 2015.
Julien Bosc, De la poussière sur vos cils copie 3Né en 1964, mort en 2018, Julien Bosc, écrivain, metteur en scène de théâtre, anthropologue, poète, vivait dans la Creuse où il fonda les éditions « Le phare du Cousseix ».
Un récitant, une femme et un homme qui dialoguent, un coryphée : dispositif d’une tragédie en trois actes qui a pour décor le pré recouvrant les ruines d’un ancien camp d’extermination. Les deux personnages, jamais nommés s’interrogent mutuellement, en quête d’une mémoire enfouie, retenue comme à l’intérieur d’une pierre.
Un mur, une porte, un arbre, une fenêtre, «un cahier d’écolier à petit carreaux », autant d’éléments concrets sortis de l’oubli qui se révèlent tout en retenant leur part de secret.
« — Comment pourrions-nous oublier, où trouverions-nous le droit d’oublier ce que nous ne pouvons raconter. »
Ce double mouvement avec des temporalités qui se chevauchent et un contexte restant floue, confère au récit une étrangeté qui protège du caractère innommable des évènements auxquels il fait référence. Ce qui est relaté pourrait être une fiction si par ce livre que nous tenons nous ne touchions pas le « cahier d’écolier à petit carreaux ».

Jacques Vincent

Lectrice invitée: Stéphanie Stein. Extrait publié avec l’aimable autorisation de l’éditeur.