Tchicaya U Tam’si

Lectures août 2018, festival de cinéma de Douarnenez, extraits de: Tchicaya U Tam’si, J’étais nu pour le premier baiser de ma mère, éditions Gallimard.
Tchicaya U Tam'siNé en 1931 en République du Congo (Congo Brazzaville), Gérard-Félix Tchicaya a quatorze ans lorsque, avec son père devenu député du Moyen Congo à l’assemblée constituante de Paris, il vient vivre en France. Enfant rebelle, sa scolarité est chaotique, a du goût pour le théâtre et commence à écrire. Aimé Césaire le reconnaîtra poète. Il exerce plusieurs métiers pour gagner sa vie et en 1957, adopte le pseudonyme de Tchicaya U Tam’si. Partisan de Patrice Lumumba, il revient en Afrique au moment de l’indépendance du Congo mais la quitte lorsque ce dernier, qui sera assassiné en 1961, est mis en résidence surveillée. Fonctionnaire international à l’UNESCO, il continue d’écrire poésie, romans et pièces de théâtre. Il meurt en 1988 en Normandie.
D’une forme d’abord influencée par Rimbaud ou Verlaine (il écrit en alexandrins rimés), son écriture intime, à la première personne, s’en libère et affiche l’appartenance congolaise en réaction contre les théories de la négritude et l’esthétique associée. Souvent sarcastique (« sale tête de nègre / voici ma tête congolaise »), il définit lui-même sa poésie : « …en vrac, c’est un bric-à-brac si l’on veut, une espèce de ruée, d’écoulement, c’est la lave qui descend d’une colline, qui ne choisit pas son itinéraire et vraiment ramasse tout sur son passage ».
Matière langagière qui charrie discours, prophéties, dialogues, contes et légende du Loango, sa région natale et évocations autobiographiques tissées avec l’histoire du pays. On y croise parfois sa génitrice Élisabeth Boanga à laquelle il fut enlevé…  C’est une langue fleuve, langue folle qui court vers l’océan. L’écriture incantatoire, sonore et dansée se répand comme un feu (« Je fais un tapage / de toutes ces flammes / que les volcans ont lâchées / moi-même lave puis reptile / imprenable par nasse / par main fermée de hargne… »). Feu enflammant l’eau, la langue qui traverse U Tam’si, savoureuse, jubilatoire, met en fusion tous les éléments (« se répandre dans l’herbe de l’agonie / le ciel la tête interchangeable / or sans le mélange d’eau et de soleil que sont les clairières / dans la nuit où s’émiette la viande… »). Ces paroles sont larmes de voyant.

Jacques Vincent