Verónica González Arredondo

Extrait des lectures d’octobre 2018 au café-librairie l’Ivraie, publié avec l’aimable autorisation des éditions RAZ https://razeditions.jimdo.com/

V. González Arredondo

« Je ne suis pas ce corps » de Verónica González Arredondo, , traductrice Élise Person, éditions RAZ.
L’autrice, née en 1984 à Guanajuato au Mexique, enseigne la philosophie et l’histoire des idées à l’Université autonome de Zacatecas.
« Je ne suis pas ce corps » est un recueil de poèmes regroupés en neuf ensembles qui prêtent voix à des « disparues », mortes assassinées, suppliciées, démembrées, échouées.
Un corps / visage / lèvres / enterré sous le sel: / notre nom. Dans la rage d’arracher jusqu’au nom qui les firent exister, leurs restes furent noyés au fond de l’océan ou répandus dans le désert . La bête m’a tirée par les pieds / agrippée à mes ongles / grimpée sur mon dos / on m’a dit : ne t’endors pas / mais personne n’a précisé : / ne rêve pas. De vers et de prose, le souffle de l’écriture de Verónica González Arredondo autorise ces rêves.
Le souvenir des images et des propos de « Nostalgie de la lumière » et « Le bouton de nacre », films du réalisateur chilien Patricio Guzmán ont accompagné ma lecture de cet ouvrage qui obtint en 2014 le prix national de poésie López Velarde.