Claudine Bohi, « Naître c’est longtemps »

Entre les 12 et 26 octobre, nous lirons l’ensemble de l’ouvrage publié aux éditions La tête à l’envers, 2018.
Claudine Bohi, "naître c'est longtemps"Agrégée de lettres, Claudine Bohi est née en 1947. L’ouvrage présenté vient d’obtenir le prix Mallarmé (2019).
Étrange tournure grammaticale du titre : un verbe qualifié par un adverbe ou identique à un adverbe. L’un se métamorphose, se conjugue, l’autre est invariable. Déjà des questions qui aiguillent (aiguillonnent) sur les mots et la langue.
 Ce texte n’est « pas un discours » mais un acte en train de s’accomplir, une parole qui creuse, fouille, mouvement intime et mesuré en quête d’un sens irrigant la chair de la langue. Parcours intérieur en spirale qui va « [d’]une douleur /  si loin plantée », les deux premiers vers, jusqu’aux deux derniers : « une bouche de chair / qui mange le silence ». L’ouvrage est découpé en cinq sections qui vont et reviennent sur les mêmes lieux.
« poème est souvenir  / qui roule vers l’avant /  qui ouvre ce qui viendra // poème en surprend le passage ».
Surgis du blanc de l’oubli, se forment les vocables entendus par l’oreille interne pour se poser en signes sur la peau de la page (« c’est rouge en dessous »). 
L’écriture inquiète, et attentive, au présent de son apparition, avance en tâtonnant dans le blanc comme dans un brouillard neigeux, éprouvant le rayonnement du mot qui advient, elle fouille. En lignes brèves, un seul mot parfois, « à creuser la langue », le poème s’extirpe, se met en scène dans sa dramaturgie typographique, comme naissant à tenter de toucher son origine.

Jacques Vincent

Étienne Faure, « La vie bon train »

Lectures des 21 & 28 septembre 2019, midi, à l’Ivraie : Étienne Faure, « La vie bon train », éditions Champ vallon, 2013.
la vie bon trainÉtienne Faure né en 1960, vit à Paris est publié chez Champ Vallon et Gallimard. Son dernier ouvrage : « Tête en bas » chez Gallimard lui a valu le prix Max Jacob en 2019.
« La vie bon train » est un alignement de pavés en prose, tous d’égale longueur, arrêtés en gare, autant de fenêtres au travers desquelles l’auteur observe arrivées, départs, montées, descentes, entrées, sorties des passagers, des travailleurs, des animaux et même des végétaux (avec ou sans bagage). Son regard et tous ses sens sont ceux d’un anthropologue méticuleux, amusé et mélancolique, soucieux d’épuiser son sujet. « Ici le temps est le plus lent du monde sous les aiguilles d’une énorme pendule qui marque par à-coups l’heure légale ». Attente et écriture se fondent dans la réalité de la gare et dans son imaginaire « comme à Pompéi ». Dans cette « enclave hors du monde », au milieu de cette « formication obsessionnelle » , l’écriture « comme les femmes infiniment dans leur sac à main fouillent et refouilleront encore, pour trouver l’objet adéquat jusqu’au départ— et remettre de l’ordre dans tout ça. ».

Jean Sénac, « Œuvres poétiques »

Pendant la durée du festival des minorités, les 17, 19, 20, 21, 22, 23 et 24 août à midi à l’Ivraie, nous lirons des extraits de Œuvres poétiques de Jean Sénac aux éditions Acte Sud (2019).
Jean SénacNé en 1926 à Beni Saf en Algérie d’une mère d’origine catalane et de père inconnu. Créateur ou co-créateur de trois revues : Soleil, Terrasses et Novembre, metteur en ondes à Radio Alger, il participe à la fondation de l’Union des écrivains algériens. Jean Sénac est mort assassiné le 30 août 1973 à Alger. Ce meurtre demeure non élucidé.
Le recueil publié par Acte Sud est une re-édition de celui, épuisé, de 1999, il regroupe des poèmes qui jusqu’alors étaient éparpillés dans des revues, d’autres recueils ou encore inédits. La disposition chronologique renseigne la biographie de l’auteur d’éducation catholique qui prend fait et cause pour l’indépendance de son pays et pour la révolution socialiste qu’il chantera dans des poèmes partisans. Proclamant son homosexualité, il chantera aussi l’amour des hommes. Plus tard, engagé dans l’opposition à Houari Boumédiène, les émissions de radio qu’il animait lui seront interdites et on lui refusera la nationalité algérienne qu’il avait demandée. Dès lors il se sentait menacé.
Dans l’écriture Jean Sénac va tenter de rétablir l’unité du corps et de l’âme que sépare le christianisme. Le poème devient pour lui le seul lieu de vie possible : « … On pouvait essayer de tenir le coup, de respirer dans le poème, d’être malgré ». La plupart sont adressés, à des amis, des amants, parfois à Dieu, d’autres fois au « jumeau noir en nous qui se cache et nous persécute ». Lieu du plus grand risque pour gagner l’acquittement, « Dans l’ordalie du corpoème, la bave serait-elle aussi, en fin de compte, une des données de notre « honneur » ? », à l’issue de cet ultime jugement, « nous sommes sauvés dans le langage ».
Un lyrisme porté par les élans du corps, le projette dans un rapport érotique au monde : « Je croyais n’avoir que deux bras, deux jambes, un sexe, / Tu me fais retrouver le dragon lacté / aux mille membres, les arabesques de mes sens. / Une autre parole dont le gémissement est l’inflexion première. / Syllabes sauvages et corps sauvage. »

Éditions le phare du cousseix

Julien Bosc, présent au dernier Baie des plumes, vivait dans la Creuse, au hameau Le Cousseix. Décédé en septembre 2018, il était poète et éditeur, c’est à ce titre que nous lui rendrons hommage dans les lectures des 6 et 20 juillet à l’Ivraie. Les livrets qu’il publiait, chacun en un seul cahier de seize pages non cousues, composées en linotypie sur un vergé ivoire et tirés en deux cents exemplaires numérotés, étaient des objets précieux. Ils l’étaient aussi par le choix des auteurs.

 


Nous en avons retenu trois : Fabienne Courtade avec Papiers retrouvés, Jean-Christophe Belleveaux avec L’emploi du temps et Antoine Émaz avec Prises de mer. Ces textes ont en commun une occupation particulièrement signifiante de la page.

Avec Fabienne Courtade, ce sont des lignes recomposées qui juxtaposent des aperçus, des entendus, des mouvements en vers séparés par des blancs, des silences dans lesquels vient s’insinuer une disparition.
« C’est un film que l’on passe / et repasse / car il manque toujours le début », comme les rêves dont Papiers retrouvés possède l’étrangeté.

Jean-Christophe Belleveaux, dans L’emploi du temps déplie, en de petits pavés de prose comptés, une pensée flottante qui s’appuie sur les preuves ordinaires d’exister vécues à la troisième personne du singulier.
« Le crépitement de la pluie revient au revers des alphabets, des littératures, façonne le présent (qui n’existe pas et qui dure)».

Les pages d’Antoine Émaz, décédé en mars 2019 et à qui nous rendons aussi hommage, figurent cette limite fragile en bordure d’estran où les vagues se couchent. Comme elles, chaque stance de prose revient nous toucher dans une description minutieuse des phénomènes, descriptions qui témoignent d’une présence et d’une disponibilité si particulières, « Il faut une certaine vacance de tête ».
La page devient elle-même « un espace non pas sans mouvement mais sans agitation ».