Colette Daviles-Estinès

Colette Daciles-Estinès née au Vietnam, vécut en Océanie et en Afrique et fut paysanne dans les Alpes du Sud.

La mesure des murs, L’Ail des ours, 2022.

« Je me suis retournée et / j’ai vue toute la nuit traversée ». Mot après mot, ligne après ligne, les poèmes de ce recueil déploient un parcours de vie; l’eau, la terre, l’air, le feu y sont omniprésents. Ces odes à la nature écrites à l’aube, sont autant de chants qui accompagnent le mouvement des choses, des êtres et du temps; les règnes s’y chevauchent, s’interpénètrent (« Un troupeau coule le long des lavandes / L’eau des sonnailles irrigue le silence »). Le désir se nourrit de l’écriture qui s’empare de « tout ce qui fulgure » et lorsqu’elle écrit « J’attrape le désir / au lasso des poèmes », c’est pour repousser peut-être la mélancolie qui accompagne l’exil (« Mourir à tout mon paysage / Mourir à tout ce que j’habitais »). Les verbes souvent conjugués à la première personne du singulier sont aussi souvent laissés à l’infinitif, comme des impératifs adoucis formulés par une (ou un) autre pour dicter une intention, « canaliser le flux des souvenirs / les choses jamais écrites ». Le dernier poème, sans point final comme tous les autres, s’achève sur une attente (« Je voudrais qu’un rien me traverse »).

Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze,
lecture & mise en son: Jacques Vincent.

Jean-Claude Pirotte

Jean-Claude Pirotte, alias Ange Vincent est un poète belge né à Namur en 1939 et mort en 2014.
Ange Vincent, « Les poèmes de Julius White », La Grange Batelière, 2021.

L’auteur se sert de ce personnage imaginaire pour dérouler un récit en une succession de poèmes que n’interrompt ni ponctuation ni lettre capitale. La voix est sombre, le souffle long de ce gangster « …noir / comme la neige noire des docks » qui se raconte à la première personne. Une voix grave, animée d’une violente énergie qui résonne dans Londres sur le « bord visqueux du fleuve », à Poplar, Whitechapel, Battelsea, Hyde Park et dans les ruelles de l’île aux chiens, se mêle au chœur de la communauté de ceux pour qui « la honte et le refus » sont « habits de lumière » et qui vont « bravant les interdits funèbres / assister jubilant à (leur) propre enterrement ». Comment ne pas penser à François Villon. Une voix qui proclame son amour pour « Amanda (qui) n’existe pas ailleurs / que dans les ruelles fétides ». Ce récit plongé dans le « demi-jour carcéral » où «  les traces des blessures sont de lointains poèmes », la prison « une assemblée de poètes », se révèle catabase quand on lit : « mais que tu sois mort dans la fange / n’empêche pas tes yeux de s’émerveiller ». Julius White alias Ange Vincent sont figures d’un miroir qui renvoie l’image de Jean-Claude Pirotte, prévenu qui resta longtemps en cavale.

Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze,
lecture & mise en son: Jacques Vincent.

Valérie Rouzeau

Quand je me deux, La Table ronde, 2022.

Née en 1967, Valérie Rouzeau est poète et auteur de chansons, elle est aussi traductrice de poésie anglophone.
Avant d’ouvrir le livre j’entends déjà le rire de l’oiseau caché dans les roseaux mais comme elle l’écrit: « Je sais que ma grand-mère me pardonne d’être drôle / avec du machin grave ». On n’y arrive jamais seul, il faut bien se deux pour cela. Si la gravité en effet point entre les mots (« Mords la vie mords la vie mords la vie mords la vie »), le sourire sinon le rire sont toujours présents dans cette savoureuse langue de poésie même « cuite d’avance […] en faitouts en marmites cocottes et poêles à frire! ». De l’évocation des ingrédients: allitérations alléchantes, barbarismes astringents, néologismes pimentés, contrepèteries parfumées, détournements gourmands, contractions allégées, homophonies sucrées, les fantômes de Boby Lapointe et de Pierre Repp s’en délecteraient!
Queneau, Apollinaire, Proust, Reverdy, Nerval, Rimbaud, Verlaine, Pozzi, Saint-Exupéry et même Descartes se sont invités en douce, quant à Emilie Dickinson, elle l’est officiellement avec la traduction de « The Wind – tapped… ».
Je vous recommande la lecture du menu en fin d’ouvrage, c’est tout un poème!

Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze,
lecture & mise en son: Jacques Vincent