Lectures sous couvre-feu, saison 2•4

Marc Guimo, « La poésie, personne n’en lit », éditions la Boucherie littéraire, 2019

À juste titre il y est question de poésie et de la place modeste qu’elle occupe. Modeste mais vivifiée par les mots de Marc Guimo.
C’est le lecteur qui termine le poème / et un livre sorti d’usine n’est qu’un petit puceau / sur le chemin de la corruption

Extraits publiés avec l’aimable autorisation de l’éditeur.
Musique : Magali Robergeau & Gérald Méreuze,
lecture, prise de son et montage : Jacques Vincent.

Lectures sous couvre-feu, 2•3

António Ramos Rosa, « Le cycle du cheval », éd. Gallimard, 1998. Traduit du portugais par Michel Chandeigne.

De lentes rêveries suscitées par l’animal qui lui donnent présence.
Le cheval entre nous est la force de cette paix / qui tombe de tes épaules jusqu’à tes genoux.

Extraits. Musique: Magali Robergeau, Gérald Méreuze & Stéphane Carn. Lecture, prise de son et montage: Jacques Vincent.

Lectures sous couvre-feu, saison 2•2

Anita Conti, « les vaisseaux du hasard »,
éd. Diassane 2020

Des chants témoins d’une intériorité qui se libère, vit et se déploie en haute-mer.
« Nous avons à nos pieds / Fixé des sandales de vent »
Un montage de certains des poèmes de ce recueil font l’objet d’un projet de spectacle monté par la compagnie L’arbre à fil.

Extraits publiés avec l’aimable autorisation de Laurent Girault-Conti. Musique: Magali Rogergeau et Gérald Méreuze, lecture et montage son: Jacques Vincent.

Lectures sous couvre-feu, saison 2•1

Kikuo Takano, « Haut dans le ciel », traduction de Philippe Démeron à partir de la version italienne de Paolo Lagazzi et Yasuko Matsumoto, éditions RAZ, 2020.

Des poèmes comme prières sans demande tendues vers l’insaisissable.
… je t’ai appelé / « Dieu! », puis « paroles! ». / Tant de fois je t’ai appelé / « néant! », puis à nouveau « paroles! ».

Extraits publiés avec l’aimable autorisation de l’éditeur. Musique: Magali Robergeau et Gérald Méreuze, lecture et montage: Jacques Vincent.

Lectures sous couvre-feu, saison 1•5

Clémentine Mélois, « Sinon j’oublie »,
Éditions Grasset 2017

Une collection de portraits sous forme de monologues surmontés de prénoms imaginés à la lecture de listes trouvées sur un trottoir ou au fond d’un chariot de supermarché. Les listes paraissent en fac-simile sur pages de gauche, les textes en pages de droite.

Extraits publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze, lecture & montage: Jacques Vincent.

Visiteuses et visiteurs…

… de France, de Belgique, de Monaco, d’Irlande, des États-Unis, d’Israël, du Brésil, de Suède, de Norvège, de Chine et d’ailleurs, vos remarques, avis et suggestions sont les bienvenus.
N’hésitez pas à nous écrire (collectif30insomnies@gmail.com), nous vous répondrons. Vous pouvez aussi vous abonner au site en cliquant sur suivre 30′ D’!NSOMN!E au bas de la colonne de droite pour ainsi recevoir une notification à chaque nouvelle publication.

Lectures sous couvre-feu, saison 1•4

Éditions Réhauts 2020

Des poèmes dans une langue qui éclabousse, nous conduit par d’étonnants rivages syntaxiques et nous rappelle que nous parlions avant de savoir écrire. « Toute promesse est ici vertige où l’on verse ».

Extrait publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze. Lecture & montage: Jacques Vincent.

Lectures sous couvre-feu, saison 1•3

Éditions Unes 2018

Une belle lecture de ce texte fut déjà faite par Jacques Bonnaffé (https://www.franceculture.fr/recherche?q=Florar+Bonfanti) mais je ne peux résister au plaisir de prendre moi-même en bouche cette langue jubilatoire qui déploie sa rhétorique en enfilant les métaphores. Une pensée se creuse, une poésie l’éclaire.
« Dans les temps éloignés, les hommes avaient six doigts. Le sixième était toujours en feu. Il suffisait de toucher du doigt les choses. »

Extrait publié avec l’aimable autorisation de l’éditeur. Musique: Magali Robergeau et Gérard Méreuze. Lecture et montage: Jacques Vincent.

Lectures sous couvre-feu, saison 1•1

Éditions Gallimard, 2020

Une collection de mots sortis des poches de l’oubli dans le flot des jours ordinaires, dépliés et classés avec soin. « Les souvenirs, on dirait, comme les bestiaux fraichement tués, réclament aussi un temps de faisandage, une période acceptable de maturation, … ».

Musique de générique: Magali Robergeau et Gérald Méreuze,
lecteur: Jacques Vincent. Extraits publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur.