Claudine Bohi, « Naître c’est longtemps »

Entre les 12 et 26 octobre, nous lirons l’ensemble de l’ouvrage publié aux éditions La tête à l’envers, 2018.
Claudine Bohi, "naître c'est longtemps"Agrégée de lettres, Claudine Bohi est née en 1947. L’ouvrage présenté vient d’obtenir le prix Mallarmé (2019).
Étrange tournure grammaticale du titre : un verbe qualifié par un adverbe ou identique à un adverbe. L’un se métamorphose, se conjugue, l’autre est invariable. Déjà des questions qui aiguillent (aiguillonnent) sur les mots et la langue.
 Ce texte n’est « pas un discours » mais un acte en train de s’accomplir, une parole qui creuse, fouille, mouvement intime et mesuré en quête d’un sens irrigant la chair de la langue. Parcours intérieur en spirale qui va « [d’]une douleur /  si loin plantée », les deux premiers vers, jusqu’aux deux derniers : « une bouche de chair / qui mange le silence ». L’ouvrage est découpé en cinq sections qui vont et reviennent sur les mêmes lieux.
« poème est souvenir  / qui roule vers l’avant /  qui ouvre ce qui viendra // poème en surprend le passage ».
Surgis du blanc de l’oubli, se forment les vocables entendus par l’oreille interne pour se poser en signes sur la peau de la page (« c’est rouge en dessous »). 
L’écriture inquiète, et attentive, au présent de son apparition, avance en tâtonnant dans le blanc comme dans un brouillard neigeux, éprouvant le rayonnement du mot qui advient, elle fouille. En lignes brèves, un seul mot parfois, « à creuser la langue », le poème s’extirpe, se met en scène dans sa dramaturgie typographique, comme naissant à tenter de toucher son origine.

Jacques Vincent