Yves Artufel, « il faut repeindre le moteur »

Yves Artufel, « Il faut repeindre le moteur », éditions Gros Textes, 2016.
En partenariat avec l’association Poèmes bleus, les 5 et 19 janvier 2019 à midi, nous lirons au café-librairie l’Ivraie des extraits de l’ouvrage en compagnie de Gérard Camoin, lecteur invité.
Il faut repeindre le moteurYves Artufel qui vit dans les Hautes-Alpes où il est né est aussi éditeur (Gros textes) et bouquiniste. « Il faut repeindre le moteur » a déjà été publié dans la revue Décharge.
« Comme chaque jour, il ne reste plus / qu’à nous écouter dériver », dans ce recueil de pensées flottantes qui arborent le « nez rouge du poème », chacun d’eux est un petit miroir où vient se refléter un personnage, fataliste et burlesque, « au bord de la falaise », auquel l’auteur s’adresse quelques fois : « il te reste quelque part la souvenance de sources à laquelle tu es noué ».
« Je connais un type qui cherchait aux fontaines des godasses qui consolent ». De l’ordinaire prosaïque jaillissent des étincelles d’émerveillement dont s’empare un lyrisme joueur qui prolonge la vie, l’amplifie. La langue s’écoule en charriant saveurs, senteurs et couleurs en « une boue de miracle » et entraîne dans son cours tant  d’herbes de vie qui poussent dans le « jardin des mots ».