Alexis Gloaguen

2010

Alexis Gloaguen est né en 1950 dans le Finistère.
À l’instar de Joseph Joubert avec la marche, c’est le vol qui produit l’écriture fragmentaire de ce livre qui se pose sur quelques villes du continent nord-américain. Le monde y est méticuleusement décrit avec une précision scientifique et sans hiérarchie des règnes. Végétal, minéral, animal, la nature et l’artefact se côtoient et conversent en permanence (« … les lys bâtards jaillissent des plaques de fer autour des arbres ») ou encore (« Je me sens animal déguisé d’un sourire »). Ce regard sur le monde en juxtapositions, associations et glissements métaphoriques confère à cette prose un statut de poésie, poésie d’un moraliste sans candeur qui s’émerveille néanmoins et « note les traversées mentales de chaque minute libre »
Comme un recueil, ce livre qui ne nécessite pas de lecture suivie est fait de récits (tel en est le sous-titre) où l’écriture se tourne souvent vers elle-même pour désigner ce qui la conduit (« J’ai la nostalgie d’un lieu où l’amplification des mots formerait comme un milieu, un air qui englobe une totalité. ») ou l’élan qui la forme (« Écrire sans but précis, c’est forer le sol et voir s’il en sortira l’inconnu,… »).

Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur. Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze, lecture et mise en son: jacques Vincent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s