Verónica González Arredondo

Extrait des lectures d’octobre 2018 au café-librairie l’Ivraie, publié avec l’aimable autorisation des éditions RAZ https://razeditions.jimdo.com/

V. González Arredondo

« Je ne suis pas ce corps » de Verónica González Arredondo, , traductrice Élise Person, éditions RAZ.
L’autrice, née en 1984 à Guanajuato au Mexique, enseigne la philosophie et l’histoire des idées à l’Université autonome de Zacatecas.
« Je ne suis pas ce corps » est un recueil de poèmes regroupés en neuf ensembles qui prêtent voix à des « disparues », mortes assassinées, suppliciées, démembrées, échouées.
Un corps / visage / lèvres / enterré sous le sel: / notre nom. Dans la rage d’arracher jusqu’au nom qui les firent exister, leurs restes furent noyés au fond de l’océan ou répandus dans le désert . La bête m’a tirée par les pieds / agrippée à mes ongles / grimpée sur mon dos / on m’a dit : ne t’endors pas / mais personne n’a précisé : / ne rêve pas. De vers et de prose, le souffle de l’écriture de Verónica González Arredondo autorise ces rêves.
Le souvenir des images et des propos de « Nostalgie de la lumière » et « Le bouton de nacre », films du réalisateur chilien Patricio Guzmán ont accompagné ma lecture de cet ouvrage qui obtint en 2014 le prix national de poésie López Velarde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s