Yves Elléouët

Éditions Diabase, 2020

Yves Elléouët, mort en 1975, peintre et écrivain fut le gendre d’André Breton.
Quatre-vingt-un poèmes issus de quatre recueils épuisés aujourd’hui, quelques inédits et quelques lettres issues d’une correspondance avec André Breton habitent ce pays de lointaine mémoire.
Comme fragment prélevé de la terre même où « une odeur vague et complexe règne dans la pénombre », chaque poème est une fenêtre ouverte sur un territoire extérieur autant qu’intérieur.
« cette cabane qui sent l’aigre / et la ferraille / cette cabane déglinguée / avec ces foutus vieux sacs »
Les rugosités, les senteurs, les couleurs, les images de cette province armoricaine s’y déploient dans une lumière d’aube ou de crépuscule où s’infiltre parfois une mélancolique inquiétude.
 » Mais derrière la fenêtre / une femme regarde toujours la rue / d’un œil vide « 

Publié avec l’aimable autorisation de l’éditeur. Musique: Magali Robergeau & Gérald Méreuze, lecture & mise en son: Jacques Vincent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s